But du blogg

C'est un blog qui n'a pas de but lucratif, et je ne souhaite pas retirer tout le mérite aux différents auteurs des tuto que j'ai pu apprécier et admirer.

Si vous même avez des liens, n'hésitez pas à me les indiquer pour que je les insère.



Paquito

jeudi 31 octobre 2013

Necron Project par Runtherder

Par Runtherder
Lors du prologue et de la planification, nous avions commencé à utiliser SketchUp pour étoffer nos idées.
 
Suite aux échanges avec notre client, nous avons opté pour une nouvelle direction. Finie la sculpture en trognon de pomme style colonne, et être remplacé par quelque chose d’un peu plus jouable et plus facile à représenter comme une ruine Nécron endommagée par le combat. Encore une fois, le schéma de sketchup est très rudimentaire et manque beaucoup de détails. Je l’utilise plus comme un bloc-notes 3D pour mettre en forme mes idées.
Avec cette nouvelle orientation et un plan en main, j’étais enfin prêt à commencer la découpe et la sculpture. Mais d’abord, je devais faire un peu de préparation.
La structure principale de ce projet sera faite en carton-mousse avec carte plastique placquée et les détails, et parce que c’est Nécron, j’ai vraiment besoin de m’assurer que les coins et les bords du carton mouse sont nets et alignés aussi parfaitement que possible. Pour m’aider, j’ai rassemblé quelques outils de coupe, à la fois pour des angles de coupe et de travailler en feuilles. Les feuilles sont des types de jointures faites entre deux pièces plates pour minimiser les découpes. Les feuilles du carton mousse peuvent être achetées dans les magasins d’encadrement, mais elles peuvent aussi être faites relativement facilement et en plus grande variété. Le principe de base est de faire une lame de rasoir qui ne coupe pas tout le chemin à travers le carton mousse, laissant la mince bande de papier de l’autre côté de sorte que deux pièces peuvent aller comme ci-contre : 
J’avais aussi besoin de coupeurs angle de simples pour faire des surfaces inclinées. J’ai utilisé une scie à onglets pour couper quelques blocs de bois stratifié à angles droits, angles de 45 degrés et 22,5 degrés angles, pointes puis utilisés et des agrafes pour monter soigneusement les lames sur les côtés à mon profondeur de coupe souhaitée.
Les rainures fonctionnaient très bien, et l’onglet pour découper les blocs aussi faisait de belles coupes lisses. Une règle à bord droit devrait être utilisée pour appuyer la face arrière du bloc pour garder les lignes droites, mais après un certain temps, j’ai pu le faire à l’œil juste avec une ligne de crayon comme un guide.  
Même s’il convient de noter que, une fois fait, ces outils de coupe sont surtout des pièges pour se couper les doigts. Leurs lames libres de leur fourreau, ces monstres feront tout pour goûter au sang humain. « Yeeeesssss, nous étendre… » Elles chuchotent avec impatience, car elles se dressent dans la clandestinité d’un tas de déchets de mousse. « Fouiller pour trouver un crayon manquant et votre chair tendre.... yessss... »
Ce que je devais préparer aussi à l’avance était l’iconographie Nécron. 
Je pourrais fabriquer à la main de petites zones d’écriture et de symboles, mais pour les gros morceaux, j’aurais besoin de quelque chose d’un peu plus plus grand. Il y aura sur une grande plaque centrale le symbole de Nécron classique, entourée par deux petites plaques recouvertes de glyphes. Ces pièces pourront être utilisées pour d’autres décors. C’est pour ça que je moulerai et coulerai encore et encore ces plaques. 
J’ai coupé de minces anneaux de différents tubes en plastique (en utilisant un plus grand tube pour guider) et utilisé des bandes de carte plastique pour le fond et pièces de raccord. 
J’ai coupé une tête Nécron et l’ai placée au centre de l’icône, puis utilisé de la Greenstuff pour remplir et lisser les trous. Tous les bords ont reçu un léger ponçage. 
Les plaques latérales ont été faites de la même façon. Après avoir été assemblés, les anneaux ont tous été poncées et Greenstuffer et/ou enduit de mastic pour combler les petits écarts entre les pièces. Le dos a été poncé au papier de verre à grain très fin pour lisser les petites traces de colle et rayures faites lors de l’assemblage.
Terminé ! J’ai ensuite mis ces pièces de côté pour les mouler plus tard. Je n’ai aucune idée de ce qu’il se dit dans la langue Nécron, probablement quelque chose de sinistre et mauvais sur la futilité de se battre contre eux. Ou cela pourrait aussi être « pas de stationnement » ou « Toilettes pour C’tans uniquement ». 
Le travail préliminaire effectué, il était temps de commencer à construire ! J’ai coupé un morceau de médium aux mesures auxquelles je comptais faire la structure, laissant un peu d’arrondis sur les angles pour modéliser des paysages rocheux et des dégâts des combats. Les zones arrondies ont été biseautées sur les bords.
J’ai coupé des morceaux de ¼″ et ½″ de carton plume en utilisant mes angles à biseau, ceux-ci seraient les fondements et la cour pour le temple principal. Je voudrais la construire tout entière et intacte, et puis plus tard, je taillerai dans les zones que je voudrai faire endommagées pour obtenir le style que mon client me demandait. 
Ici vous pouvez voir les rabats du carton mousse. Après avoir fait une première incision avec la rainureuse, j’ai utilisé un cutter rétractable et découpé soigneusement au raz de l’intérieur du carton mousse pour terminer la découpe. J’ai fait ce morceau à l’œil et à l’instinct au lieu de suivre les mesures que j’avais écrit. J’ai souvent tendance à faire cela.
J’ai utilisé de la colle à bois pour assembler les morceaux après quelques ajustements et tests en faisant attention au rognage. Maintenant, les découpes des feuilles ne sont pas parfaites et c’est assez rare lors de la construction de modèles tridimensionnels. Mais ça aide beaucoup pour avoir toutes les coupes sur les bords. Plus tard, cette partie sera sera toute recouverte de carte plastiques et les bords seront remplis et poncé pour réaliser ce style Nécron. (L’étrange coloration sur le carton mousse est une trace d’aérographe précédente, avec l’étiquette qui a servi de pochoir).
Ensuite, le premier palier conique est construit un peu comme la pièce de base. Les bords inférieur et supérieur ont été découpés avec une coupe à 22,5°, et les côtés avec un dispositif de coupe de 45°.
Quelques assemblages plus tard, j’en arrivais à la première section « balcon », ce qui serait une position défensive de tir. J’ai continué les structures inclinées vers le haut depuis le balcon.
Les morceaux ont été empilés, mais pas encore collés. A ce stade, je travaillais encore sur un certain nombre de choses dans ma tête, comme les bords de balcon, les « côtes » sur le côté de la tour et d’autres détails. Je voulais être sûr que j’avais un plan pour ces étapes avant de coller le tout ensemble. 
Maintenant, j’ai coupé les murs de « l’obélisque » du temple. Encore une fois, mes mesures ont été abandonnées au profit de proportions imposantes. Je voulais que cette chose soit crainte de loin, et dominent les chétifs mortels.
Une fois coupés à dimensions égales, les bords ont été soigneusement taillés de la même façon que les autres morceaux. Jusqu’à présent, j’ai eu de la chance dans ce projet que les rainures et les angles des cutters ont seulement festoyé une fois sur ma chair, et je ne savais même pas jusqu’à ce que je sente senti quelque chose d’humide couler ma main.
Aujourd’hui, enfin, nous commençons à voir la structure prendre forme. J’ai mis un Nécron sous couché pour voir l’échelle. Jusqu’à présent, c’était juste le squelette du temple encore, et une fois revêtu et lissé, il semblera encore plus grand, puisque je rajouterai beaucoup de détails Nécrons, des arceaux et des panneaux, une grande porte d’entrée et quelques autres plans que je moulerai un peu plus tard. Il y avait juste une dernière chose à vérifier avant d’avancer : voir comment cette pièce s’intégrerait à la base et fondations que j’ai faite plus tôt.
Oops. Mon esprit libre et fougueux m’a entraîné encore une fois loin de mes plans initiaux. Le temple éclipse complètement la base j’ai fait. Les blocs de la base du temple sont déjà plus larges que le médium même. Maintenant, j’avais deux choix : soit reconstruire le temple plus petit et moins dramatique, ce qui correspondrait parfaitement à la base j’avais préparé, soit je refais une nouvelle base, énorme et incroyable et une structure de base qui accueillerait cette puissante forteresse Nécron. Vous devinez vers quel choix je suis allé ?
Ces fondations faisaient trop mauviette, donc mon nouveau plan consistait à construire le temple Nécron aussi sauvage et impressionnante que je l’imaginais être, et puis tailler le médium correspondant plus tard. J’ai mis en sandwich de nouvelles couches de carton mousse ensemble, de plus de 16"de large pour accueillir l’espace dont j’aurais besoin pour les obélisques plus tard.
Après l’application d’une couche de colle à bois, je presse habituellement les couches de carton-mousse afin de s’assurer que la colle soit partout et sans que les couches ne flambent. Pour cela, j’ai utilisé la caisse du 3T- Studios car c’était le seul objet lourd à portée de main à ce moment. Certains d’entre vous se demandent peut-être ce qu’il peut y avoir dedans et imaginer quelles richesses se trouvaient à l’intérieur, donc je vais accorder une exclusivité pour voir ce dépôt précieux. 
C’est vrai, à ce moment, nos Orks et les Eldars étaient notre argent de poche. Demain, nous modifieront notre portefeuille pour des démons du Chaos, en fonction du marché.
Alors que la base séchait j’ai monté les marches. Je découperai les espaces pour les mettre après que la base ait été finalisée, ce qui me permet une flexibilité de conception.
J’ai coupé une nouvelle base de médium et commencé à travailler sur quelques tests. Cette nouvelle base était énorme, mais me permettrait d’ajouter des détails comme les piliers, des roches tombées et des positions défensives. Ensuite, je découperai l’espace pour la grande porte du temple. J’ai tracé le contour très, très lentement en transférant mesures et les angles avec une règle. C’est le genre de projet qui vous rend heureux d’avoir suivi à l’école les cours de géométrie.
Certains angles étaient vraiment difficiles à couper de façon droite, et m’ont forcé à adopter certaines positions délicates de main pendant la découpe. A ce moment, j’ai réalisé le danger avec ma main gauche et qui a crié « Hé, tu vois ça ? Personne n’a jamais coupé comme ça ! »
Et bien sûr, la lame a glissé. Au moins, j’ai fait mon point.
Je ne me suis jamais coupé autant de fois lors d’un projet. Je pense que cela fait partie de la méchanceté Nécron, la conception de bâtiments avec tant d’angles bizarres et des formes difficiles à tailler. 

Alcôve coupé, maintenant il est temps de faire la porte. 
Cette image montre ma deuxième des trois versions de la porte que j’ai construit, la dernière que j’ai retenue avait un angle de face au lieu d’être vertical, ce qui était plus difficile à construire, mais semblait correspondre le mieux au style à la fin. 
J’ai fait un dernier changement sur la base, couper une nouvelle zone de fondation/cour avec de meilleurs angles et plus d’espace pour les glyphes. J’ai aussi fait un bloc pour positionner le temple plus en arrière sur la rangée supérieure des fondations. 
Maintenant, il était temps de commencer à faire des obélisques ! Je voudrais laisser aux historiens du futur et/ou comédiens pour essayer de réellement comprendre pourquoi les Nécrons décorent leurs mondes avec de grands monuments phalliques.
Et maintenant, enfin, la structure commence à apparaître et nous voyons quelque chose d’un peu plus proche de la forme finale. Bien sûr, il y a un long chemin à parcourir encore, mais une fois que les obélisques ont été faites, je pouvais commencer à travailler sur les détails.
Je voulais m’assurer que les obélisques étaient aussi uniforme que possible, et au lieu de m’échiner à rattraper la forme pyramidale de chaque haut d’obélisques, j’ai mis tous mes efforts dans la construction d’une seule, puis la tirer en résine pour chaque obélisque.
Je n’avais pas encore collé le temple à la base, et même l’ensemble de la porte dans le temple. A ce stade, j’ai commencé à couper les morceaux cartes plastiques qui couvrirait toute la structure. Je serais en mesure de faire des bords beaucoup plus réguliers de cette façon. J’ai également pris la décision de couper deux pouces au sommet du temple, parce que je n’ai pas aimé la taille en comparaison avec des obélisques et le résultat.
Qu’est-ce que je fais avec le morceau restant J’ai coupé ? 
Parfois les longues heures de solitude et le manque de sommeil oblige à improviser pour avoir de la compagnie. Rencontrez Wilson...
Pour fixer la carte plastique aux bords nus de la mousse, j’ai utilisé de la « Super Gold + » nommée ainsi parce qu’elle coûte autant qu’une bouteille de 3 onces d’or pur. En outre, elle ne se dissout pas le polystyrène, mais prend beaucoup de temps pour bien adhérer, même en utilisant de la colle cyano comme accélérateur. (La bouteille dans le fond est collée au médium parce que nous renversons les choses encore et encore.)
Maintenant, surprise. J’ai griffonné quelques symboles Nécron plus obscurs, mais ceux-ci ont une réelle signification, que beaucoup d’entre vous peuvent probablement déjà comprendre. 
Oui, je ne peux pas en bonne conscience, laisser un décor Nécron de notre studio sans une bonne dose de LED verte parsemées partout. 
Une zone où il doit y avoir une lumière sinistre qui en sort, est l’entrée principale de la tombe/temple. Je voulais que la lumière se diffuse sur les bords et dans les « coutures » et je voudrais donc faire appel à un autre outil astucieux de la boite à outils des Terraformers. 
Vous savez que le plastique vert éclatant vient avec les Nécrons ? Maintenant, beaucoup de joueurs excités se pencheraient sur ce genre de choses et commenceraient à tailler des morceaux pour en faire des fenêtres vertes ou une autre absurdité, mais qui ignorerait la propriété la plus importante de ce matériau...
Les bords transmettent la lumière ! Quand la lumière se diffuse dans la feuille, les photons vont latéralement le long à l’intérieur de la matière, tel un câble de fibre optique. Mon plan était d’utiliser ce truc astucieux pour accentuer les « coutures » et les bords de ma porte, et peut-être d’autres zones aussi. 
Ceci est un test que j’ai fait avec seulement les LED derrière la porte, et toutes les lumières du studio éteintes. Ça semble très Nécron, mais j’ai appris rapidement que la lumière LED verte ne se transmet pas par la matière plastique verte. J’avais besoin de travailler sur un schéma de câblage pour inclure quelques LEDs blanches lumineuses cachées dans mon circuit.
J’ai dû changer le plan de câblage et d’éclairage que j’avais, et pour des raisons de simplicité, j’ai choisi de faire deux circuits, un pour les lumières blanches et un pour les lumières vertes. 
Cela signifierait deux piles, donc au moins ces lumières dureraient longtemps lorsqu’elles seront allumées.
Les LED vertes ont été remplacées par des LED blanches ultra lumineuses, et ici vous pouvez voir quelques cartons-mousse pour les gardes de balcon sur lesquelles je travaillerai plus tard. Je colle souvent des morceaux et des formes tailler sur avec un tout petit peu de colle chaude juste pour m’assurer que le concept fonctionne.
Pour le deuxième circuit de lumières vertes, j’avais besoin de modifier un peu le temple. Après un grand nombre de mesures précises et une certaine coupe prudente, j’ai obtenu des trous pour les panneaux en retrait que j’avais prévu pour ce monstre. 
Puis, en utilisant les pièces que j’ai coupées, j’ai fait des petites alcôves en retrait, là où les diodes vertes seraient attachées. Celles-ci ont été collées à chaud à l’intérieur, puis il était temps de faire des spaghettis !
Oork de bork bork, djerp do gork! 
Okay ça ressemble à un désastre, et a pris beaucoup plus de temps que prévu, mais ça fonctionnait. Du moins, je priais pour ça, car je réalisais à ce moment que j’avais oublié de tester chaque LED individuellement avant de les souder en place, et quelques-uns des codes de couleur sur les résistances associées étaient un peu faibles lorsque je les ai installées. Sur la face arrière du temple, j’ai installé et les interrupteurs collés et les piles maintenues avec par des élastiques. Puis ce fut le moment de vérité.
Wow, ils ne rigolaient pas à propos des LED blanches « ultra » lumineuses. Et au moins rien ne fumait.

Afin que la LED verte ressorte un peu plus, j’ai collé et doublé la chambre encastré avec de la feuille d’argent réelle. Pourquoi pas une feuille d’aluminium demandez-vous ? Parce que c’est juste la façon dont je travaille. 
Ces lumières ne vont pas être exposées bien sûr, et j’ai eu l’idée que le temple devrait avoir une sorte de système d’ailettes mécaniques verticales de chaque côté, avec la lumière verte qui ressort d’entre les ailettes. Les ailettes verticales semblent être un thème récurrent dans les très rares exemples d’art Nécron qui existent ici ou là. 
J’ai fait la mienne en carte plastique et mastic, mais au lieu d’utiliser le mastic pour simuler des lignes de soudure et le métal, cette fois, l’idée était d’avoir le tout aussi lisse que possible pour avoir de jolis bords nets. 
Je tirais 6 exemplaires d’ailette en résine après fabrication d’un moule, puis découpez une forme grossière de carton mousse et fait des essais d’assemblage de pièces avec deux touches de colle chaude pour voir l’effet avec les lumières vertes. 
Telle était l’idée, mais difficile à saisir sous une lumière intense.
Vous pouvez voir l’effet escompté beaucoup mieux dans l’obscurité. Avec ce succès maintenant il était temps de passer à la prochaine phase.
Les plaques, qui se trouvaient sur les lumières ont été faites avec des bords biseautés, et les ailettes alignées avec des espaces entre deux. Dans le fond vous pouvez voir les obélisques mettre également en place.
Maintenant, les choses deviennent réelles. À ce stade, les deux obélisques sont dressés et le temple qui prend forme, j’ai réalisé que 4 obélisques encombreraient trop, et écarté deux de la conception. Mais pour le moment ce carton mousse et carte plastique sont encore trop épurés. Ces gars-là sont censés avoir des merveilles technologiques compliquées, tordues, et leur architecture devrait être tout aussi complexe.
Je vais donner au spectateur le luxe que je n’ai pas eu, et passer à la fin l’étape de préparation et de fabrication de ces plaques qui formeront les éléments du Temple. Je vais commencer à capitaliser des éléments pour le « Temple » et je commençais à réaliser à ce que cela ressemblerait à la fin.
Je pourrais continuer ici sur la façon dont parfois je ne sais pas à quoi ressemblera le projet jusqu’à ce qu’il ait été fait, ou la philosophie de Michel-Ange pour libérer une sculpture de la matière première qui la confine... Ce qui serait un peu long. Vous voudrez probablement voir cette chose finie et moi aussi.
Les tirages ont commencé à s’accumuler et faire de petites montagnes de formes angulaires. Le tirage est long et difficile et repousse la deadline. Ce projet a déjà pris des semaines de retard, me donne une leçon précieuse sur ma capacité à terminer un projet comme ça par moi-même. Ai-je mentionné que j’étais le seul qui reste ici ? 
J’ai conçu ces pièces à joindre aux mêmes angles du temple, donc la plupart du temps tout ce que j’avais à faire était de les coller. Ce fut une phase amusante parce que dans peu de temps je pourrais clairement voir comment mon plan allait prendre vie. J’utilise de la super glue/cyano avec toutes mes pièces en résine, et de l’accélérateur pour des petits morceaux qui se collaient désespérément à mes doigts. 
Il était également temps de commencer à planifier mes zones endommagées. J’avais une idée à ce que devait ressembler des dégâts dans ce métal magique Nécron qui subirait de grande puissance de feu. Mon interprétation de leur technologie m’a dit qu’ils avaient probablement, une structure robuste transparente, il n’y aurait donc pas de couches tordues et de métal et de poutres comme un édifice humain. J’ai essayé de trouver un compromis entre le métal (le matériau que j’imaginais pour cette structure) et le « marbre noir » souvent imaginé. J’ai coupé les bords en « escaliers » pour lisser plus tard, semblable à ce qu’on pourrait voir dans un métal relativement fragile.
Ensuite j’ai collé les deux diodes en vrac en bas de l’intérieur du temple, puis construit un support pour le trou dans la partie endommagée. 
Les séries diconographie ont été attachées à l’avant et à l’arrière, sur placage de carte plastique supplémentaire. 
Après toutes les pièces de garniture en place, j’ai appliqué de très fines couche de milliput pour combler les vides entre les pièces de résine, en le lissant avec une lame de rasoir humide. Après le milliput, j’ai étalé du mastic vert dans le reste des coutures et des lacunes de la structure. 
Cela semble difficile, mais après durcissement ça sera paré et poncé.
Un autre test « allumez et éteignez ». C’est dommage que les Nécrons préfèrent la lumière verte, la bleue semble assez sympa aussi.
Ensuite, on passe au toit. Ce que je voulais, c’est donner une touche dynamique et exotique, alors j’ai décidé de faire une trappe d’iris à diaphragme dilatant.
Figure 3-4. Mécanisme de diaphragme à iris dilatante circulaire pour un Dimensionnement de Nanopores Dynamiques. Avec l’aimable autorisation du Foresight Institute – nanomedicine.
 « Mécanisme de diaphragme à iris dilatante circulaire » est une bouche, et une conception de génie, mais dans le monde réel, il semblerait qu’il soit actuellement utilisé seulement en médecine à l’échelle nanométrique à moins que quelqu’un puisse m’indiquer un exemple réel où les gens passe au travers ? 
Dommage que je n’ai pas eu le temps de faire le mien fonctionnel. L’apparence me suffira simplement. J’ai dessiné modèle rapidement sur mon ordinateur et l’ai imprimé pour l’utiliser comme un guide.
J’ai utilisé un cutter circulaire pour faire la pièce ronde de dos et un anneau de garniture, puis j’ai soigneusement découpé les « pétales » de l’iris avec un exacto.
La trappe finie semble un peu déroutante parce que j’ai tellement de traits de guidages établis un peu partout. Une fois sous-couchée, mes gribouilles et marques folles disparaîtront sous la peinture.
C’est le cache de l’interrupteur pour cacher le métal et plastique tout moche de l’interrupteur à l’arrière du temple. J’ai inclus le symbole universel de « tourner de cette façon ou de cette façon. »
J’ai fini ajoutant des plaques à l’entrée principale, ajouté pièces plastiques supplémentaires, rempli le trou endommagé dans le coin, en enduisant le tout avec du mastic là où il y avait des trous, puis le temple tout entier a été mis de côté pour être poncé plus tard puis il sera enfin temps de sous coucher cette chose en cachant les LEDs exposées bien sûr. Comme il est complètement recouvert de plastique, résine, mastique et green stuff, je pourrai utiliser une souscouche classique qui s’apprète bien avec ce genre de surface lisse.
Mais j’ai un autre énorme morceau à travailler, la base et les obélisques étaient encore nus et inachevé.
Alors que le Temple séchait, il était temps de jeter un œil à la structure de base. Une autre idée folle m’est venue qui a tout changé encore une fois… 
Jusqu’à présent, j’avais décidé de faire cette une structure entière, avec une certaine façon de détacher le Temple pour accès aux piles. Mais si le Temple était amovible de toute façon, pourquoi ne pas avoir le tout modulaire ? Cela rendrait l’ensemble du projet plus facile à transporter et à stocker, et de lui donner l’avantage d’être un ensemble de décors.
J’ai construit des murs dans la partie supérieure de la base, qui servirait à la fois de positions défensives et décoratives lorsque le temple a été enlevé, et le temple s’adaptera et se calera lors de son assemblage. J’ai imaginé une place dans la zone centrale avec plaque et dessins supplémentaires, et un cercle au centre pour rappeler l’iris sur le toit du temple... peut-être une sorte de voie d’accès à une base souterraine ? Qui sait, peut-être ont-ils besoin d’avoir de grande quantité de lave en hate ? 
Je vais prendre un instant pour parler du plaquage de ce monstre. Chaque face exposée de mousse, chaques raccord rugueux et coins bizarres ont reçu une façade en carte plastique. Cela signifie que pour chaque coté à plaquer, j’ai dû prendre un morceau de papier, le frotter avec du graphite pour trouver les bords, couper le papier pour le contour, puis utiliser ce gabarit comme modèle pour couper une pièce identique en plastique. Ouais.
Maintenant, travaillons sur les obélisques. Mon plan pour ces monuments de phallus géant était d’avoir une base fixée, mais qu’il soit rompu et ruiné, et l’autre serait amovible comme le Temple, ce qui donnerait un ensemble de trois pièces qui pourrait être organisée de différentes manières.
Afin d’aider l’obélisque à tenir debout sur son socle, j’ai collé un caillou à la colle chaude à l’intérieur de la base pour le lester. L’obélisque se fixe à la base sur un petit morceau carré pour la stabilité. Ici vous pouvez voir la base du Temple, apprêté et en place, et le second obélisque qui sera dresser dans son emplacement prévu.
J’ai tailler le second obélisque, rempli l’intérieur avec du polystyrène bleu et puis lissé les bords dentelés. J’ai gravé quelques fissures dans la pièce au sol, puis collé et commencé à travailler sur le flocage du sol, notamment en faisant deux cratères, utiliser l’écorce, du gravier et enduire légèrement pour donner du relief.
J’y ajoute avec de la colle à bois et quelques sables de granules différentes, du sable super fin jusqu’à gravier grossier et liège broyé, puis quelques couches supplémentaires de colle à bois diluée pour lier le tout. Puis je l’ai mis de côté pour sécher complètement avant de la sous coucher.
Voici le temps de la peinture ! La sous couche que j’ai utilisé n’était pas vrai noire, mais gris sombre, donc, afin de préserver les ombres dont j’aurais besoin, j’ai appliqué un lavais sur le temple avec une base de peinture noire, en particulier sous les reliefs. Le temple est à l’envers ici pour que le lavis s’écoule vers le haut.
Il fallait que je prenne du recul pour prendre mes décisions finales sur un schéma de couleurs. Mes critères étaient : il devait être sombre et «  sale » ce que mon client avait demandé. Il devait être en métal, pas de marbre poli ou granit sur ce morceau, et il devait être intriguant à regarder, avec des détails entre la garniture et le corps de la structure.
J’ai décidé sur un métal foncé de surligné avec du platine pur sur les arêtes pour le corps principal de la structure, et pour les détails un laiton chaud métallique foncé. J’ai testé mon mélange sur les marches de la base, apportant avec soin la couleur vers le haut. Cela semblait fonctionner, alors j’ai attaqué le Temple de front.
Je voulais avancer lentement. Mais à partir de là, c’était comme une réaction en chaîne. J’ai fini tout le front du Temple en une seule fois, j’ai décidé que la palette de couleurs était parfaite et quelque part le soleil se levait, et je ai littéralement détruit une poignée de pinceaux en nylon d’or sur cette chose.
Une des dernières étapes consistait à insérer mes bandes en plastique verte à lueur dans le Temple pour créer le mojo Nécron.
J’ai pris soin de ne pas exagérer, malgré la tentation. Je pourrais facilement faire ressembler davantage à quelque chose de Tron que les ténèbres à l’avenir. 
J’ai terminé les panneaux de portes. C’était un autre processus fastidieux qui semblait facile sur le papier, mais s’était transformé en une sorte de sombre débâcle, avec des morceaux de panneaux métalliques faits en plastique vert et carton mousse collés ensemble avec d’autres morceaux plastiques. J’ai essayé de redresser le tout dehors. Mais à la fin, c’était exactement ce que j’espérais.
Maintenant, revenons à la pièce de base à nouveau, que je masqué pour la facilité le surlignage. 
J’ai peint le sol et les roches, puis l’une des dernières étapes était le reste des glyphes en or. Je sous-couche de fond en jaune d’abord.
Ensuite, j’ai utilisé lavis chair Vallejo et jaune pâle pour assombrir et surligner les runes. Ca ressemble presque à du MNM, mais pour vraiment faire ressortir le tout, je lui ai appliqué un lavis d’or bruni à la fin. 
Quelques dernières retouches au temple, comme des tiges vertes cassées à l’intérieur de la structure, donner l’impression que la lumière a vu des intempéries et c’était terminé !
A ce stade, j’ai dû attendre que notre photographe vienne pour prendre quelques photos en studio réel, et donc avec ça, je posterai les photos finales prochainement.
Voici les images de finition du Temple Nécron dans toute sa splendeur. Ce bordel colossal a été l’un de mes favoris de tous les temps. Beaucoup de travail acharné, mais très impressionnant. Appréciez !








  






Parfois, les gens voient ces images et m’accusent d"utiliser trop de Photoshop" dans nos images, et ils veulent voir de quoi il ressemble vraiment. Je dois les renvoyer à cette logique du projet et montrer que tout ce que nous faisons pour les prises de vue en studio finis sont d’apporter de meilleures lumières et lancer une toile de fond vers le haut. ( De temps en temps, nous allons retoucher un ventilateur de plafond ou le petit doigt, mais nous n’avons jamais toucher au modèle lui-même. )

Cette pièce a ouvert la voie à une flopée de nouvelles idées de terrain Nécrons !




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire